Aller au contenu principal

Logistique

Ouvert

Air Liquide continuera d’exploiter HyBalance après le succès de la phase pilote du site de production d’hydrogène bas carbone

Air Liquide to continue operating HyBalance after the low-carbon hydrogen production facility has successfully completed its pilot phase
HyBalance, Hobro, Denmark

Situé à Hobro, au Danemark, HyBalance est un des premiers sites d’Europe à produire à une échelle industrielle de l’hydrogène en utilisant la technologie d’électrolyse de l’eau par membrane échangeuse de protons (PEM). Cette unité de production a produit et livré avec succès 120 tonnes d’hydrogène depuis 2018. Elle a également démontré sa capacité à s’adapter à l’intermittence de la production des énergies renouvelables, contribuant ainsi à stabiliser le réseau électrique danois. Air Liquide accélère d’ores et déjà le développement de son activité hydrogène bas carbone, notamment à Bécancour, au Québec (Canada), où le plus grand électrolyseur PEM au monde sera pleinement opérationnel dans les prochains mois.

L’électrolyseur HyBalance de 1,2 MW a démontré que la production d’hydrogène pour stocker de l’énergie à grande échelle – y compris à partir de sources renouvelables – est techniquement viable. Depuis son inauguration en 2018, ce site – fiable 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 – a produit un total de 120 tonnes d’hydrogène. La moitié de la production a été livrée par canalisation à un client industriel, tandis que le reste a été distribué à d’autres utilisateurs, notamment à un réseau de stations hydrogène pour des applications de mobilité propre.

Le site HyBalance contribue à la régulation du réseau électrique danois. Quand les énergies renouvelables fournissent un excédent d’électricité par rapport aux besoins de consommation, la production d’hydrogène est maximisée et stockée ; lorsqu’un déficit d’électricité est observé, l’unité de production peut consommer moins d’électricité. La technologie de l’électrolyse PEM utilisée à HyBalance permettant de s’adapter à ces variations de puissance en moins de 10 secondes, le site est certifié par l’Agence danoise de l’énergie pour tous les marchés d’électricité.

Lancée en 2015 par le consortium Horizon 2020 HyBalance et soutenue par le FCH-JU et le programme danois EUDP, cette initiative s’est achevée avec succès en septembre 2020. Air Liquide restera le propriétaire ainsi que l’opérateur du site, et HyBalance continuera à fournir de l’hydrogène à ses clients. L’hydrogène ayant un rôle clé dans la transition énergétique et fort du succès de l’exploitation du site HyBalance, Air Liquide poursuit ainsi le développement de sa production d’hydrogène décarboné.

L’engagement Air Liquide en faveur de la filière hydrogène
Depuis 50 ans, Air Liquide maîtrise l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement en hydrogène, de la production au stockage, à la distribution et au développement d’applications pour les utilisateurs finaux. Le Groupe contribue par son expertise à la généralisation de l'utilisation de l'hydrogène comme source d'énergie propre, notamment pour la mobilité. À ce jour, le Groupe a conçu et installé plus de 120 stations de remplissage d’hydrogène dans le monde. L’hydrogène est une solution pour répondre au défi du transport propre et contribuer ainsi à l’amélioration de la qualité de l’air. Utilisé dans une pile à combustible, l’hydrogène se combine à l’oxygène de l’air pour produire de l’électricité en ne rejetant que de l’eau. Il ne génère aucune pollution au point d’utilisation : zéro gaz à effet de serre, zéro particule et zéro bruit. L’hydrogène apporte une réponse concrète aux défis posés par la mobilité durable et la pollution locale dans les zones urbaines.

À propos du consortium Horizon 2020 HyBalanceÀ l’origine de HyBalance se trouve un consortium, dirigé par Air Liquide et comprenant Cummins (initialement Hydrogenics), Centrica Energy Trading (initialement NEAS Energy), Ludwig-Bölkow-Systemtechnik, et Hydrogen Valley, qui ont développé et déployé le projet. Le budget de ce programme s’est élevé à 15 millions d’euros, dont 8 millions d’euros financés par le FCHJU (Fuel Cells and Hydrogen 2 Joint Undertaking), et 2,6 millions d’euros apportés par le programme danois EUDP.